Amicale des Anciens et Amis du 1er Régiment de Cuirassiers

   La Campagne de France : Année 1944

L'histoire du Char "MONTEBELLO"

Le char -mémorial "Montebello" à Saint-Wendel

LA NAISSANCE DU "MONTEBELLO"

Tout commence en Avril 1943. Les gars du 1er Régiment de Chasseurs d'Afrique quittent Rabat (Maroc) pour installer un immense bivouac dans la brousse à Aïn Sibarra. C'est là qu'ils perçoivent le matériel américain et surtout leurs chars. Bientôt chars et véhicules sont immatriculés puis baptisés. C'est ainsi que naît le "Montebello" au 3e peloton du 8e escadron.

LA RENAISSANCE DU 1er REGIMENT DE CUIRASSIERS

Septembre 1943. Les régiments de chars de "type léger" sont créés. Le 1er Régiment de Chasseurs d'Afrique se trouve scindé en deux unités de quatre escadrons : le 1er R.C.A. proprement dit et le 1er R.C.A. bis, qui deviendra deux semaines après le 1er Régiment de Cuirassiers. Le 8e escadron prendra la dénomination de 3e escadron dans ce nouveau régiment.

DESIGNE VOLONTAIRE « D'OFFICE »

L’année 1944 débute par un long déplacement de la 5e D.B. et le "Montebello" fait, comme les autres chars, du tourisme à travers les pittoresques gorges de Tlemcen pour rejoindre Martimprey du Kiss dans la région d'Oujda, à la frontière Algéro-Marocaine. Le 1er R.C. remontera un peu plus au Nord et se cantonnera dans la région d'Oran, au Cap Falcon. Entre exercices et entretien , les hommes profitent de la mer pour s'y baigner alors que le chef de char du "Montebello" est désigné comme volontaire "d'office" pour effectuer un séjour à l'Ecole des Cadres de Douera, ce qui lui vaudra de défiler à ALGER pour le 14 Juillet.

DESTINATION : LA FRANCE...

Un beau soir, le 1er R.C. roule sur les quais d'Oran. afin d'embarquer pour la France. Après sept jours de traversée, il foule le sol de France avec une joie sans nom et, par étapes, arrive à Mallemort où il passe un court séjour avant son embarquement en gare de Miramas afin de rejoindre le Nord.

DIRECTION LA ZONE DE COMBAT

Novembre 1944, à Fontenoy-la-Ville, le "Montebello" perdra son pilote des premiers jours, Dupuch qui, malade, sera évacué. Le 11, le 1er R.C. défilera encore devant le Général de Vernejoul et quelques jours plus tard, il effectuera un grand déplacement nocturne, traversera de nombreux villages et s'arrêtera à l'orée d'un bois. Derrière eux, des batteries d'artillerie leur font comprendre que le combat approche.

LE BAPTÊME DU FEU

Le 16 Novembre, nous sommes à Laire, en fin d'une journée très dure. Le 17, nous nous ruons vers Héricourt, après avoir libéré Tavey sur notre lancée. Nous voici à l'entrée de Héricourt où une barricade ferme la route Impossible de la démolir au canon. Sous la protection de nos armes, les gars du Génie vérifient si la route n'est pas minée. Non. Nous passons en bousculant la barricade. Notre objectif : prendre intact le pont de la Lizaine. Une terrible explosion ébranle l'air un pont saute quelque part. Il n'y a pas de temps à perdre, il faut faire vite si nous voulons remplir notre mission.

A toute allure, le peloton fonce, passe le dangereux carrefour de la route de Montbéliard. Le "Montmirail" et le "Montebello" franchissent le pont de la Lizaine, les autres chars protégeant les arrières. Une section du R.M.L.E. avec le Capitaine Simonet nous accompagne. Le feu ennemi fait des trous dans les rangs des légionnaires. L'adversaire contre-attaque avec rage, mais le "Montmirail" et le "Montebello" anéantissent ces assauts par le feu du canon et des mitrailleuses. L'ennemi voudrait reprendre le pont et y met le prix. Nous sommes pris à parti depuïs les fenêtres; on tire sur nous au panzerfaust par les soupiraux. Le  "Montmirail" est touché, par bonheur sans gravité. Malgré tous les efforts de l'ennemi, les chars resteront maîtres de la situation. Des tirailleurs marocains arrivent enfin en renfort et vont nettoyer les derniers nids de résistance qui nous menacent encore. La nuit tombe, le 3e peloton reste sur les positions qu'il vient de conquérir après cette chaude lutte. L'équipage du "Montebello" profite de ce répit pour nettoyer toutes les armes du char, pendant que le "Montmirail" va faire panser le trou qu'il a à l'avant.

UNE VISITE DU GENERAL DE LATTRE

Vers 20 heures, les hommes du "Montebello" ont la surprise de recevoir la visite du Général de Lattre de Tassigny, accompagné de nombreux officiers généraux. Le Commandant en Chef s'entretiendra quelques instants avec Durbans, celui-ci étant un ancien de la 14e Division d’Infanterie commandée par le Général pendant la campagne 1939-40. Le lendemain, 18 Novembre, alors que Héricourt se réveille libre nous comprenons pourquoi l'ennemi s'était tant acharné pour nous déloger du pont et nous le reprendre : l'ouvrage était miné et prêt à faire sauter. Grâce à notre manoeuvre hardie et rapide, ses plans ont été déjoués et le pont a été gardé intact.

La population nous fait fête et nous vivons dans une ambiance de folle joie et d'allégresse. Mais la guerre n'est pas terminée, Belfort se trouve à portée de main et au-delà l'Alsace nous attend. Durbans a hâte de pénétrer avec son "Montebello" dans notre chère province, n'est-il pas Mulhousien d'adoption et de coeur ?

Les chars du peloton font leurs pleins : essence, munitions, vivres.

Héricourt, le 18 nov. 1944 : Le char "Montebello" n'a plus que deux heures à vivre...

Tout est prêt et même le "Montmirail" revient, sa plaie pansée par un gros bouchon de bois ! Démarrage vers 11 heures petit arrêt au milieu de la ville, puis direction Belfort. Le groupe "Marengo"-"Montmirail" roule en tête, suivi du groupe "Montebello"-"Marne". Nos légionnaires ne sont pas là aujourd’hui , et exceptionnellement un pâle soleil perce la grisaille des nuages.

Le 1er R.C. est prêt à subir l'épreuve du feu. Il est commandé par le Lieutenant-Colonel du Breuil. Le régiment fait partie du Combat Command n° 4 (C.C.4) sous les ordres du Colonel Schlesser.

A la tête du 3e escadron se trouve le Capitaine Détroyat. L'Aspirant d'Oléon commande le 3e peloton (Les victorieux), cinq chars sont sous ses ordres : le sien, le "Marignan". le "Marengo", le "Montmirail", le "Marne" et enfin, le "Montebello".

Debout , le brigadier Lugat, à la tourelle le brigadier Malz

       L'équipage du "Montebello" se compose de :

  • Chef de Char : Maréchal des Logis-Chef DURBANS
  • Tireur : Brigadier-Chef GIRARD
  • Pilote : Brigadier LUGAT
  • Aide-pilote : Cuirassier LAVERLOCHERE
  • Chargeur : Brigadier MALZ

UN COMBAT ACHARNE

La. colonne progresse lentement et s'approche d'un solide position allemande sur laquelle nous avos été renseignés : la barricade de Brévilliers. Tout à coup, alerte : l'ennemi a ouvert le feu et s'est révélé. Le groupe "Marengo"-"Montmirail" suivi du "Marignan" déboite à droite de la route et engage le duel. Le "Montebello" et le "Marne" prennent sous leur feu la crête du mamelon à gauche. Les trois chars de droite essaient d'avancer, mais l'adversaire est solidement retranché et bien pourvu d'armes antichar. Le combat croît avec acharnement et en intensité.

C'est alors que le "Montebello" suivi du "Marne" va tenter de contourner la résistance par la gauche et prendre le revers. Le "Montebello" escalade le monticule et déloge une nombreuse infanterie terrée dans des trous individuels et abondamment pourvue de panzerschreck. Mais un incident à bord l'oblige à marquer un temps d'arrêt dans sa progression. Malz vient de se faire écraser un doigt par la culasse du canon. Vite Durbans lui fait un pansement grâce à la trousse de premier secours, et Malz, en attendant son évacuation, changera de place avec l'aide-pilote Laverlochère. Le char reprend sa progression toujours suivi du "Marne". Va-t-il réussir dans son entreprise ? Ses obus sont tirés à bon escient et la résistance ennemie commence à se replier.

LA FIN DU "MONTEBELLO"

Mais l'ennemi avait gardé en réserve une carte maîtresse : un canon de 75 PAK, camouflé à la lisière du bois, à mille mètres à droite, et le char qui avance victorieusement est stoppé brutalement par un obus en pleine tourelle (Ce même canon touchera peu après le "Marignan", tuant le tireur et blessant grièvement l'Aspirant d'Oléon et son chargeur). Quelques fractions de secondes après, un panzerschreck traverse le poste avant. D'énormes flammes jaillissent aussitôt. Pendant de longues minutes, rien ne bouge à bord. Seraient-ils tous morts ? Non, car enfin une silhouette se profile dans la tourelle, une silhouette semblant immense dans les flammes, homme tenant son ventre et grimaçant de douleur qui essaie d'ouvrir les volets du poste avant. Les balles traçantes ennemies s'acharnent sur le char touché à mort, cherchant à abattre complètement l'homme meurtri. Il chancelle... touché ? Non ! Il retourne à la tourelle et dans un dernier effort il aide, miracle, un autre homme à sortir de là. C'est Girard, gravement atteint à une jambe (Girard trouvera la mort quelques années plus tard, dans une embuscade en Indochine). Malgré leurs souffrances, ils arrivent à glisser au bas au char, à ramper et, s'aidant mutuellement, à se traîner jusqu'au fossé de la route. Laverlochère, au poste de chargeur, avait littéralement explosé avec l'obus de 75 PAK qui perça la tourelle entre les têtes du chef de char et du tireur. Les malheureux Lugat et Malz, au poste avant, furent déchiquetés par le panzerschreck. Le "Marignan" vient jusqu'au fossé de la route prendre Durbans et Girard grièvement blessés et les amènera aux premières maisons. Mais les deux survivants emportent la vision inoubliable de leur "Montebello" dont les flammes montent haut dans le ciel et qui est devenu le four crématoire involontaire de leurs trois camarades qui, partis joyeusement pour libérer la Patrie, sont morts pour que vive la France.

La fin du "Montebello"

 

Haut de page

Marche vers la Guerre   La Campagne des Flandres (mai 1940)    La Renaissance du Régiment (1943)

Campagne de France (1944-1945)   Libération de Colmar    Campagne d'Allemagne (1945)

Menu Principal     Menu Histoire